vendredi 19 février 2010

Ce qu'il faut dire aussi sur Dakar

Jusqu'ici, je ne vous ai montré que les bons côtés des choses, mais avant que vous ne vous précipitiez à venir vivre ici il me faut vous raconter le reste aussi...
La misère omniprésente à Dakar, avec des mendiants partout, des enfants envoyés mendier dans la rue qui sont battus s'ils ne ramènent pas d'argent, la saleté permanente, pas seulement la poussière, due au vent de sable (qui me donne de l'asthme) mais aussi les égouts cassés qui se déversent dans la rue... Sinon c'est dans la mer qu'ils aboutissent normalement :-(
La pollution des usines, des produits toxiques employés sans aucune précaution par des ouvriers à l'espérance de vie réduite, les maladies diverses, le paludisme le choléra, les méningites etc. qui réduisent l'espérance de vie ici à 55 ans.
Il y a une telle densité de population ici que ça en est oppressant, surtout quand on connaît la rapidité et l'extrême violence des mouvements de foule ici.
Vous êtes sollicités en permanence, par les mendiants, par les petits marchant ambulants. Pas forcément sympathiques, un d'entre eux d'ailleurs, m'a fait un geste de menace extrêmement violent et agressif quand il a vu que je prenait une photo, même pas de lui mais de la circulation devant moi (il a fait le geste de me découper à la machette, ce qui est très significatif quand on sait que c'est ce qui est arrivé en 88_89 aux Mauritaniens de Dakar, j'étais adolescente à Dakar à cette époque et ces meurtres m'ont marquée).
J'ai année après année la sensation d'une montée du racisme mais je ne me sens pas la liberté d'en parler sur internet.
Voyez aussi la situation de ces femmes sur la photo, ce sont des maliennes, venues à Dakar vendre des objets au marché. Elles vivent toute une partie de l'année dans la rue, avec leur famille, elles ont installé leur cuisine au milieu des déchets, pour prendre la photo j'ai attendu que l'homme qui était venu pisser sur le mur derrière elles parte... Les enfants jouent littéralement dans les ordures et les égouts, au milieu des chiens errants...
Moi je n'ai jamais pu m'habituer à cela.

8 commentaires:

  1. Les deux visages de l'Afrique ? C'est sûr, on préfère le premier. Difficile de s'habituer à la misère d'où qu'elle soit. Chez nous aussi nous avons des endroits où il ne fait pas bon regarder et cela nous choque. Tant mieux ! Etre choquée est positif. Tout plutôt que l'indifférence.
    A tchao !

    RépondreSupprimer
  2. C'est sûr que c'est une toute autre image ! C'est bien triste !

    RépondreSupprimer
  3. :-( c est dur a lire, j imagine ce que c est a vivre...

    RépondreSupprimer
  4. I ni sogoma Tili , oui il y a le beau et n'inacceptable en Afrique et ailleurs aussi sauf quand Afrique la solidarité existe . Bon , beau voyage à toute la famille .

    RépondreSupprimer
  5. Des sous pour Port-au-Prince, oui bien sûr, mais ne serait-il pas important de prévoir plutôt qu'agir après le désastre. Dakar, Kinshasa, Adis Abéba, sont déjà mûres des crises qui font forcément si produire. Que le FMI organise.

    RépondreSupprimer
  6. Effectivement dans chaque pays il y a de la misère (à des degrés différents bien sûre)
    Je viens juste de faire un post sur un SDF, un de plus, qui est monté un matin dans mon wagon.

    RépondreSupprimer
  7. Merci de nous avoir aussi montré ce visage de l' Afrique. Nous le savons, nous le lisons, nous l'entendons mais il est toujours bon de le rappeler.
    On ne peut pas, bien sûr, s'habituer à cela.

    RépondreSupprimer
  8. oh un chien jaune !!
    je me rappelle cette misere et ce racisme au cameroun, je vois tres bien ce que tu veux dire...

    des amis qui vivent en afrique depuis plus de 25 ans, ont quittes Dakar pour le maroc , a cause de l'insecurite permanete envers les " blancs"

    tes photos sont magnifiques !!!

    RépondreSupprimer

 
annuaire blog visiter l'annuaire blog gratuit